© 2018 CHRISTOPHE MADROLLE

PORTRAIT

SA BIOGRAPHIE

 

Christophe Madrolle est né à Issoudun dans le centre de la France, « dans une région très rurale », précise-t-il. « J’ai fait mes premières scènes dans un opéra rock lorsque j’avais 15 ans. J’avais le rôle principal dans la comédie musicale "Toute la vie en parle". » C’est en décrochant ce premier rôle que Christophe commence sa carrière artistique. « Pourtant, je ne suis pas issu d’une famille musicale. Mes parents n’avaient pas d’argent pour me payer une école artistique. »

 

A 18 ans, il quitte le foyer familial pour Tours, s’inscrit à l’école de jazz "Jazz à Tours" et chante dans plusieurs groupes de gospel pendant deux ans dont "Rejoice" et le "Tours Gospel Choir" de l’association "Gospel Aujourd’hui". Grâce à différentes rencontres, il commence alors à construire son univers musical ; un univers marquant et énigmatique.

 

Peu de temps après, Christophe veut tenter sa chance et se lance alors dans l’aventure parisienne : « Je suis "monté" à Paris sur un coup de tête, sans rien dans les poches… J’ai commencé à composer mes premiers titres et il en est sorti "GRAFITURES" (8 titres), mon premier album en 2009 ». Intime et mélodieux, "Grafitures" connaît le succès franc d’un album autoproduit, auquel participent trois instrumentistes médaillés : Julien Roussel, Alexander Spreng et Pascal Bugat-Fargeas.

 

« Sur le plan artistique, la richesse des voix et des caractères m’a donné la possibilité de mélanger les styles et de mettre en avant une diversité que je n’aurai jamais imaginé autrement. En variété aujourd’hui, on peut composer une chanson en y ajoutant une influence : jazzy, pop et parfois même lyrique. J’aime mélanger les styles comme on mélange les couleurs. C’est formidable de pouvoir retoucher ces titres avec d’autres talents. Cela permet d’enrichir cet univers en lui donnant une plus grande ouverture. »

 

Son deuxième album "LE POINT G" (12 titres) suit en 2012. Œuvre au regard provocant. On y découvre le malin plaisir de l’artiste à semer le doute sur ses préférences et ses références. « J’ai toujours cherché à repousser les limites et les frontières un peu plus loin, pas à pas, pour peu à peu, chaque fois, gagner en libertés pour défendre l’amour universel et la pansexualité. »

 

2016 est une année chargée musicalement. Après "Le Point G" produit en électroacoustique,

Christophe Madrolle se lance dans la promotion de son premier album anglophone

« WE ARE THE LOVE » dont le premier extrait « We are » peut être considéré comme un hymne à la pansexualité. « Je m’oriente d’ailleurs vers une instrumentation pop-rock dans ce qui est pour moi un premier album "studio"… »

 

Autodidacte, énigmatique, décomplexé et investi, les qualificatifs ne manquent pas pour décrire Christophe Madrolle qui pourtant se résume lui-même ainsi : « Extraverti dans mes créations et très pudique en privé ; j’assume ce paradoxe… Je veux me faire connaître avec mon cœur et mes sentiments, dans l’optique de donner aux gens l’envie d’exprimer leurs émotions et leurs valeurs humanistes », affirme ce jeune auteur-compositeur-interprète qui souhaite gravir les échelons de la notoriété pour défendre des causes qui lui sont chères. « Grâce au magazine LGBT québécois Fugues, j’ai eu ma première presse internationale. Or, j’ai toujours eu en tête de partager mes valeurs ailleurs et de découvrir comment vivent d’autres communautés LGBT à l’étranger. Cet album en anglais, "We Are The Love", me permettra de les rejoindre et les soutenir… »

 

Le travail accompli a été récompensé par la communauté parisienne. Christophe s'est ainsi vu proposer le lancement de la 2ème édition du Festival des Cultures LGBT le 27 janvier 2017 au coté du groupe polyphonique Originals, présent également dans son dernier album.

 

L'année suivante, le Centre LGBT Paris-ÎdF, organisateur du festival lui propose une prestation pour les 25 ans de l'association. Christophe propose alors un concert avec plusieurs artistes issus de la communauté et se produira à la Mairie du 12ème devant plusieurs personnalités issues du monde associatif et politique.

 

Quelques mois plus tard, l'artiste accepte de parrainer la 2ème Marche des Diversités du Berry qui a eu lieu pour la première fois à Châteauroux. Un concert en plein air est alors proposé à la fin de la manifestation.

 

SON ENGAGEMENT

 

Christophe Madrolle s’implique dans la communauté LGBT. Selon le média belge 7sur7, Christophe est l’un des premiers artistes français à revendiquer sa pansexualité (Nouvel Obs/Rue 89, 14-02-12). « J’ai peu d’attaches pour la notion de "genre". La pansexualité, c’est aimer une personne qui aime tous les genres : les hommes, les femmes et les personnes non binaires », explique-t-il. « C’est une philosophie personnelle qui combat le conditionnement fille/garçon et les multiples distinctions fondées sur le genre. C’est un mode de vie qui nous donne la liberté d’aimer n’importe qui en supprimant cette barrière qu’on nous impose. »

 

Aujourd’hui, Christophe Madrolle est un artiste engagé qui soutient la lutte contre les discriminations et l’égalité des droits quelle que soit l’orientation sexuelle. Dans ce sens, il a composé la chanson de l’association Le Refuge, « Grandir en paix », en 2015. Le Refuge est une association qui vient en aide à des jeunes victimes de LGBTphobie. Elle accueille et accompagne, héberge parfois, des jeunes mis à la porte de chez eux à cause de leur sexualité. « J’ai voulu donner la parole à ces jeunes en leur permettant de s’exprimer à travers le texte d’une chanson écrite avec leurs mots. Dans "Grandir en paix", ce sont les jeunes LGBT du Refuge qui racontent leur histoire. Je n’ai fait que composer la musique… »

 

Le clip vidéo de « Grandir en paix » a été vu plus de 10 000 fois en quelques semaines, soutenu notamment sur les réseaux sociaux par la chanteuse Line Renaud, le journaliste Jean-Baptiste Marteau et l’animateur Cyril Hanouna. Ce titre est d’ailleurs toujours en téléchargement légal, et l’intégralité des revenus est reversée au Refuge.

« Mon engagement envers la communauté LGBT se trouve aussi dans mes vidéos où j’essaye de banaliser les sexualités. C’est ce que j’ai voulu faire par exemple dans mon clip "L’erreur", tourné avec l’artiste Tonya Loren, l’une des chanteuses transgenre du groupe Sister Queen, en 2014. »

Christophe fut invité à se produire en 2016 par l’association Bi’Cause lors d’un concert exception- nel contre les LGBTphobies dans le cadre de la journée internationale IDABLHOT. Quelques semaines plus tard, il est élu au Conseil d'Administration de l'association et contribue à l’écriture du Manifeste des Personnes Bisexuelles et Pansexuelles sorti le 12 décembre 2017.

La même année, il fonde l’association Coming Alive afin de réaliser un recueil de témoignages des personnes victimes de LGBTphobies. Le projet parrainé par l'acteur Maxime Godart (Le Petit Nicolas, Les Meilleurs Amis du Monde) conquiert les internautes et se voit remettre le prix des lecteurs de Têtu et Garçon Magazine lors des « Initiatives contre l'homophobie et la transphobie » organisées par Le Refuge et l'Institut Randstad. Christophe réalise alors le clip « Young and » dans lequel Maxime joue le rôle d’un jeune homosexuel contraint de se prostituer. 

THE ARTIST

Christophe Madrolle was born on March 24, 1988 in a rural region of central France. « I started my career at 15 in a rock opera. I sang the lead role in the musical "Toute la vie en parle". »

« My parents had no money to pay for me to go to an artistic school », he said. At 18, he moved to Tours. He entered jazz school and sang in several gospel groups for two years. Through various encounters, he developed his musical world: a striking and enigmatic universe.

Shortly after, Christophe tried his luck in Paris « on a whim, without money... I made my first songs and I produced my first album: "GRAFITURES" was released in 2009 ». Intimate and melodious, "Grafitures" has known a honorable success.

« Artistically, rich voices and characters taught me to mix styles and find incredible diversity. With today's music, it’s possible to compose a song mixing influences: jazz, pop and, why not, lyrical. I like to mix styles as a painter mixes colors. It's great to retouch one's style with other talents. This will enrich your world with greater openness. »

His second album "LE POINT G" was released in 2012. A sensible and provocative work. In this album, Christophe likes to show doubt about his preferences and references. « I've always tried to push the limits and boundaries a little further, step by step, to get more freedom to defend universal love and pansexuality. »

2016 was a busy year. Christophe Madrolle launched his first album in English "WE ARE THE LOVE". A first single was released on 24 April. « All original songs! », the singer declares. « After the electroacoustic experience of my last album "Le Point G", I turned to a pop- rock instrumentation with this album in English, my first "studio" album... »

Self-taught, enigmatic, uninhibited and committed are several qualifiers to describe Christophe Madrolle. « I am extrovert in my creations, but very modest in private; I'm OK with this paradox... I want people to know me with my heart and my feelings. I want to give people the desire to express their emotions and human values », this young singer-songwriter says.

He hopes to climb the ladder of fame to defend causes that are dear to him. « Thanks to the LGBT Quebec Fugues magazine, I had my first international press. But I always had in mind to share my values and how other LGBT communities live. This English album, "We Are The Love", allow me to join them and support them... »

 

The work accomplished was rewarded by the Parisian community. Thus, Christophe was given the opportunity to open the second edition of the LGBT Cultures Festival on January 27, 2017, with the polyphonic band, Originals, he also collaborated with in his last album.

 

The following year, the Paris-ÎDF LGBT center, which organized the festival, invited him for the 25th anniversary of the association. Christophe gave a concert with several artists from the LGBT community and performed in the townhall of the 12th arrondissement in Paris in front of numerous figures from the political and association spheres.

 

A few months later, the artist agreed to support the second Marche des Diversités (pride) of the Berry region, which took place in Châteauroux for the first time. A concert was given outdoors at the end of the march.

HIS ENGAGEMENT

Christophe Madrolle is involved in the LGBT community. According to the Belgian media 7sur7, Christophe is one of the first French artists to claim his pansexuality (Nouvel Obs / Rue 89, 14-02-12). « I have few ties to the concept of "gender". Pansexuality is to love a person who loves all kinds: men, women and transgender people », he explains.

« It's a personal philosophy that fights man/woman conditioning and multiple distinc- tions based on gender. It’s a lifestyle that gives us the freedom to love anyone remo- ving this barrier imposed on us. »

Today, Christophe Madrolle is a committed artist who supports the fight against discrimination and equal rights regardless of sexual orientation. In this sense, he composed the song of the association Le Refuge, "Grandir en paix", in 2015. Le Refuge is an association that provides assistance to young victims of LGBTphobia.

It welcomes and accompanies, sometimes provides shelter to youth expelled from their homes because of their sexuality. « I wanted to give voice to young people by allowing them to express themselves through the text of a song written in their own words. In "Grandir en paix", it is the young LGBT from Le Refuge who tell their stories. I only composed music... »

Directed with Lucas Stoll, the music video of "Grandir en paix" was viewed more than 10,000 times in a few weeks, supported in particular on social networks by the star singer Line Renaud. This song is available by legal download, and all income is donated to Le Refuge.

« My commitment to the LGBT community is also in my videos where I try to trivialize sexuality. This is what I wanted to do in my last clip "L’erreur", shot with the artist Tonya Loren, one of the transsexual singers of Sister Queen group in 2014. »

Currently, Christophe is working on a video collection of testimony of victims of LGBTphobia. He also created the association Coming Alive to allow the people attacked to express themselves. 

In 2016, Christope was invited by the association Bi'Cause to perform at a concert organized againt LGBTphobia, during the IDABLHOT international day. A few weeks later, he was elected member of the board of directors of the association and participated in the writing of the Manifesto of Bisexual and Pansexual People that was released on December 12, 2017.

 

The same year, he founded the association Coming Alive to collect testimonies of victims of LGBTphobia. The project, which was supported by the actor Maxime Godart (Le Petit Nicolas, Les meilleurs amis du monde) was praised by the public on the internet and was awarded the Reader's Prize of Têtu and Garçon Magazine during the "Initiatives against homophobia and transphobia" organized by Le Refuge and the Randstat Institute. Christophe then directed the video "Young and" in which Maxime played the part of a young gay man who has no other choice but to resort to prostitution.